Avant-propos

1 Objectif de l’ouvrage

Le présent ouvrage a pour objectif d’apporter un complément d’informations aux ouvrages existants

  • en mentionnant des mots qu’on ne trouve pas dans ces derniers
  • en plaçant les mots dans un bref contexte (phrase, proposition, syntagme)
  • en mentionnant des mots et expressions synonymes, tant en français qu’en islandais.

L’ouvrage est destiné tant aux locuteurs francophones apprenant l’islandais qu’aux locuteurs islandais apprenant le français. Tous les contextes illustrant les mots des entrées sont donc traduits intégralement. Ce n’est pas le cas dans d’autres ouvrages, comme le dictionnaire en ligne Snara (version français-islandais gratuite), manifestement destiné aux Islandais apprenant le français, car les contextes illustrant le mot de l’entrée ne sont pas traduits en islandais.

2 Conventions typographiques

2.1 Groupes interchangeables synonymes

Les groupes interchangeables synonymes sont des mots ou groupes de mots ayant un sens analogue ou très voisin.

2.2 Groupes interchangeables synonymes subordonnés

Les groupes interchangeables synonymes subordonnés, c.à.d se rattachant à (ou s’insérant dans) un élément commun sont placés entre traits verticaux. Exemple :

Lors de ces négociations, on a élaboré une |ébauche| esquisse| de pacte fédéral. Í þessum viðræðum |var gert uppkast| voru gerð drög| að sambandssáttmála.

Lorsque deux séries de groupes interchangeables synonymes se suivent directement, elles sont séparées par un trait horizontal. Exemple :

En ce qui concerne le débat sur l’art, |hvað| í því er| – |viðkemur umræðum| varðar umræður| um list,

Les groupes interchangeables synonymes subordonnés peuvent contenir deux ou plusieurs sous-groupes. On place ces derniers entre accolades. Exemple :

La fin du mois est la |dernière échéance| date {limite} {butoir} | pour le dépôt de la candidature. Mánaðarlokin eru síðustu forvöð fyrir umsóknina.

Sa proposition |est restée sans écho| n’a bénéficié d’aucun soutien|. Tillaga hans |fann ekki hljómgrunn| fékk ekki {góðar undirtektir} {stuðning}|.

Lorsque deux séries de sous-groupes se suivent directement, elles sont séparées par un trait horizontal. Exemple :

Il |a une dent contre| a de la {rancune} {rancœur} – {contre} {à l’égard de}| tous ses voisins. Hann |hefur horn í síðu| ber kala til| allra nagranna sinna.

2.3 Groupes interchangeables synonymes indépendants

Les groupes interchangeables synonymes indépendants, c.à.d ne se rattachant à aucun élément commun, sont séparés par des virgules (ou par un point, un point d’interrogation ou d’exclamation s’il s’agit de phrases, questions ou exclamations). Exemples :

Empoigner un problème, saisir un problème à bras le corps, taka vandamál föstum tökum.

Etre fortement ému, ému jusqu’aux larmes, komast við, vikna, klökkna.

Etre dans la gêne, avoir des difficultés financières, être dans une situation financière précaire, berjast í bökkum, eiga á brattann að sækja, lifa við þröng kjör.

Il ne faut attacher aucune importance à ces chiffres. Ces chiffres sont sans importance. Il ne faut pas prendre ces chiffres au sérieux. Það á ekki að taka mark á þessum tölum.

C’est un mari gouverné par sa femme. Il est sous la coupe de sa femme. C’est elle qui porte la culotte. Hann |er undirokaður af konu sinni| býr við konuríki|.

Que penses-tu faire ? Quel est ton projet ? Hvað ætlastu fyrir ?

Loin de là ! Bien au contraire ! Langt frá því ! Því fer fjarri ! Síður en svo !

Lorsqu’une série assez longue de groupes interchangeables synonymes subordonnés se rattache à un élément commun très court, il faut mieux, pour la lisibilité du texte, la scinder en groupes indépendants. Exemple :

plutôt que :

Il |est rentré {les mains vides} {bredouille}| a {manqué son coup} {laissé échapper sa proie}|. Hann |sat eftir með sárt enni| missti af feng| greip í tómt| kom {tómhendur} {fenglaus}| fór {fýluferð} { fýluför}| hafði ekki erindi sem erfiði|.

on écrira :

Il est rentré |les mains vides| bredouille|. Il a |manqué son coup| laissé échapper sa proie|. Hann |sat eftir með sárt enni| missti af feng| greip í tómt| kom {tómhendur} {fenglaus}|. Hann fór |fýluferð| fýluför|. Hann hafði ekki erindi sem erfiði.

2.4 Groupes interchangeables non synonymes

Les groupes interchangeables non synonymes sont placés entre crochets. Ils sont interchangeables dans le même ordre dans les deux langues. Exemple :

Nous avons échangé quelques [mots] [informations]. Við skiptumst á nokkrum [orðum] [upplýsingum].

2.5 Eléments facultatifs

Les éléments facultatifs sont mis entre parenthèses.

La maison se trouve au nord de la rivière. Húsið stendur norðan (til) við ána.

On a l’embarras du choix. Sá á kvöl(ina) sem á völ(ina).

Je me suis embrouillé. J’ai perdu le fil (de mes idées). Ég ruglaðist í ríminu.

(Indépendamment du fait) qu’ils soient jeunes ou vieux, einu gildir þó þau eru ung eða gömul.

Rm. : Les parenthèses servent aussi à délimiter un commentaire ou une définition. Exemples :

Les puissances de l’Axe (Allemagne, Japon, Italie), Öxulveldi (Þýskaland, Ítalía, Japan).

En automne (de façon générale, sans autre spécification temporelle), um haust. En automne (itératif), á haustin.

Blocus (préparation intensive aux examens), próflestur.

Au bord du précipice (littéralement : au bord de l’enfer), á heljar þröm.

2.6 Synthèse

Les conventions typographiques exposées ci-dessus sont combinables. Exemples :

“Pour |(faire) redémarrer| relancer| [le processus de paix] [l’économie], til að koma |[friðarferlinu] [efnahagnum] {af stað} {á (góðan) rekspöl}| skriði á [friðarferlið] [efnahaginn]| – |á ný| að nýju|.” est le résumé des variantes suivantes :

  • pour faire redémarrer le processus de paix
  • pour redémarrer le processus de paix
  • pour relancer le processus de paix
  • pour faire redémarrer l’économie
  • pour redémarrer l’économie
  • pour relancer l’économie
  • til að koma friðarferlinu af stað á ný
  • til að koma friðarferlinu á rekspöl á ný
  • til að koma friðarferlinu á góðan rekspöl á ný
  • til að koma skriði á friðarferlið á ný
  • til að koma efnahagnum af stað á ný
  • til að koma efnahagnum á rekspöl á ný
  • til að koma efnahagnum á góðan rekspöl á ný
  • til að koma skriði á efnahaginn á ný
  • til að koma friðarferlinu af stað að nýju
  • til að koma friðarferlinu á rekspöl að nýju
  • til að koma friðarferlinu á góðan rekspöl að nýju
  • til að koma skriði á friðarferlið að nýju
  • til að koma efnahagnum af stað að nýju
  • til að koma efnahagnum á rekspöl að nýju
  • til að koma efnahagnum á góðan rekspöl að nýju
  • til að koma skriði á efnahaginn að nýju

“La maison se trouve au nord de la rivière. Húsið stendur norðan |({til} {megin}) við ána| árinnar|” est le résumé des variantes suivantes :

  • Húsið stendur norðan við ána
  • Húsið stendur norðan til við ána
  • Húsið stendur norðan megin við ána
  • Húsið stendur norðan árinnar

3 Entrées

Une série de groupes ou sous-groupes interchangeables synonymes de la langue source (en l’occurrence, le français) est reprise sous plusieurs entrées, le groupe qui contient le mot de l’entrée (ou est constitué de celui-ci) venant en tête. Exemples :

Sa proposition |est restée sans écho| n’a bénéficié d’aucun soutien|. Tillaga hans |fann ekki hljómgrunn| fékk ekki {góðar undirtektir} {stuðning}|.

  • Echo
    Sa proposition |est restée sans écho| n’a bénéficié d’aucun soutien|. Tillaga hans…
  • Soutien
    Sa proposition |n’a bénéficié d’aucun soutien| est restée sans écho|. Tillaga hans…

Lors de ces négociations, on a élaboré une |ébauche| esquisse| de pacte fédéral. Í þessum viðræðum |var gert uppkast| voru gerð drög| að sambandssáttmála.

  • Ebauche
    Lors de ces négociations, on a élaboré une |ébauche| esquisse| de pacte fédéral. Í þessum viðræðum…
  • Esquisse
    Lors de ces négociations, on a élaboré une |esquisse| ébauche| de pacte fédéral. Í þessum viðræðum…

La peine |à laquelle il s’expose| qui l’attend| qu’il {encourt} {risque}|, sú hegning sem hann á |í vændum| yfir höfði sér|.

  • Exposer
    La peine |à laquelle il s’expose| qui l’attend| qu’il {encourt} {risque}|, sú hegning…
  • Attendre
    La peine |qui l’attend| à laquelle il s’expose| qu’il {encourt} {risque}|, sú hegning…
  • Encourir
    La peine |qu’il {encourt} {risque}| à laquelle il s’expose| qui l’attend|, sú hegning…
  • Risquer
    La peine |qu’il {risque} {encourt}| à laquelle il s’expose| qui l’attend|, sú hegning…

4 Données grammaticales

4.1 Le présent ouvrage ne fournit pas de données grammaticales telles que le genre des noms, la conjugaison de verbes et, pour l’islandais, la déclinaison des noms et des adjectifs. Pour trouver ces renseignements, il suffit de consulter un dictionnaire explicatif (comme le Larousse pour le français et, pour l’islandais, le Íslensk orðabók, grundvallarrit um íslenska tungu, Forlagið, ainsi que la base de données morphologiques Beygingarlýsing íslensks nútímamáls, disponible en ligne gratuitement, qui renseigne la flexion complète de près de 280.000 mots). Par contre, l’ouvrage donne les renseignements indispensables sur le régime des verbes et des prépositions si le cas de déclinaison du substantif ne ressort pas de façon univoque de la forme utilisée dans l’exemple. Le cas de déclinaison est mentionné explicitement par les lettres N (nominatif), A (accusatif), D (datif) et G (génitif) dans les cas suivants : complément d’objet au datif ou au génitif (si le complément d’objet n’est suivi d’aucune indication, il est à l’accusatif), sujet à l’accusatif, au datif ou au génitif (si le sujet n’est suivi d’aucune indication, il est au nominatif), complément après une préposition à régime variable (c.à.d régissant l’accusatif ou le datif, comme með, fyrir, í, á…). Exemples :

  • S’insinuer dans les bonnes grâces de q.n, ná hylli (D) e.s. La forme hylli est commune aux 4 cas. Comme le complément d’objet hylli est au datif, on le fait suivre de la mention (D).
  • Le gel s’intensifie. Frostið (A) er að herða. La forme frostið est commune au nominatif et à l’accusatif. Comme le sujet est à l’accusatif, on le fait suivre de la mention (A).
  • Les Nations unies sont taxées de partialité. Sameinuðu Þjóðunum er ámælt fyrir hlutdrægni (A). La forme hlutdrægni est commune aux 4 cas. Comme la préposition fyrir peut régir l’accusatif ou le datif, on doit signaler qu’il s’agit ici de l’accusatif, d’où la mention (A).
  • Le personnel de l’institution sera responsable de la formation des enseignants dans tout le pays. Starfsmenn stofnunarinnar munu |bera ábyrgð á| verð abyrgir fyrir| fræðslu (D) til kennara víða um land. La forme fræðslu est commune aux trois cas obliques. Comme les prépositions á et fyrir peuvent régir l’accusatif ou le datif, on doit signaler qu’il s’agit ici du datif, d’où la mention (D).

4.2 Lorsqu’une forme nominale est commune à deux cas de déclinaison ou aux deux nombres et que ces deux occurrences apparaissent dans les exemples, elle est répétée. Exemples :

  • Eviter une difficulté, víkjast undan vanda, forðast vanda (et non |víkjast undan| forðast| vanda, puisque undan régit le datif et forðast l’accusatif).
  • S’insinuer dans les bonnes grâces de q.n, |vinna sér hylli| ná hylli (D)| e.s (et non |vinna sér| ná| hylli e.s, puisque vinna sér régit l’accusatif et le datif).
  • Le gel s’intensifie. Frostið fer vaxandi. Frostið (A) er að herða (et non Frostið |fer vaxandi| er að herða|, puisque dans la première phrase, frostið est au nominatif et dans la seconde, à l’accusatif).
  • Chaque fois, í hvert skipti, í öll skipti (et non í |hvert| öll| skipti, puisque skipti est un singulier dans le premier exemple et un pluriel dans le second).

4.3 Voici quelques exemples où la mention explicite du cas est superflue bien que la forme du mot isolé ne permette pas de déterminer le cas :

  • S’insinuer dans les bonnes grâces de q.n, vinna sér hylli e.s. La forme hylli est commune aux 4 cas. Comme le complément d’objet hylli est à l’accusatif, on ne le fait suivre d’aucune mention.
  • Le gel s’intensifie. Frostið fer vaxandi. La forme frostið est commune au nominatif et à l’accusatif. Comme le sujet est au nominatif, on ne le fait suivre d’aucune mention.
  • Les Nations unies sont taxées de partialité. Sameinuðu Þjóðunum er |ámælt fyrir| kennt um| hlutdrægni. La forme hlutdrægni est commune aux 4 cas. La mention (A) est toutefois superflue après hlutdrægni puisque um régit toujours l’accusatif. Par conséquent, fyrir régit ici également l’accusatif (s’il avait régi le datif, on aurait dû répéter hlutdrægni, conformément à la règle énoncée en 4.2).
  • Le personnel de l’institution sera responsable de la formation des enseignants dans tout le pays. Starfsmenn stofnunarinnar munu |bera ábyrgð á| verða abyrgir fyrir| hafa veg og vanda af| fræðslu til kennara víða um land. La forme fræðslu est commune aux 3 cas obliques. La mention (D) est toutefois superflue après fræðslu puisque af régit toujours le datif. Par conséquent, á et fyrir régissent ici également le datif (s’ils avaient régi l’accusatif, on aurait dû répéter fræðslu, conformément à la règle énoncée en 4.2).
  • Les trolls se pétrifient au point du jour. Tröllin dagar upp þegar birtir af degi. La forme tröllin est commune au nominatif et à l’accusatif singuliers.  La mention (A) après le sujet tröllin est toutefois superflue puisque le verbe reste au singulier.
  • Les gens se désintéressent de l’actualité parce qu’on déverse quotidiennement sur eux un flot d’informations. Fólk finnur til fréttaþreytu vegna þess að hafsjó af fréttum er á hverjum degi |dembt| hellt| yfir það. La forme hafsjó est commune à l’accusatif et au datif. La mention (D) est toutefois superflue après hafsjó vu que le sujet d’un verbe passif n’est jamais à l’accusatif (du moins en islandais correct).
  • Plus de 84% des électeurs étaient favorables à l’entrée dans l’Union européenne. Yfir 84% kjósenda voru hlynntir |aðild (D) að Evrópusambandinu| inngöngu í Evrópusambandið|. La forme inngöngu est commune aux 3 cas obliques. La mention (D) est toutefois superflue après inngöngu vu que ce mot est complément de l’adjectif hlynntir, parallèlement à aðild (D).
  • Ceci corrobore la théorie des trous noirs. Það |sannar| rennir stoðum undir| kenningu um svartholin. La forme kenningu est commune à l’accusatif et au datif. La mention (A) est toutefois superflue après kenningu vu que ce mot est également complément d’objet de sannar (sans mention du cas, donc à l’accusatif).
  • Etre soumis à un interrogatoire, |sæta| vera í| yfirheyrslu. La forme yfirheyrslu est commune aux 3 cas obliques. La mention (D) est toutefois superflue après yfirheyrslu puisque la préposition í régit obligatoirement le datif après le verbe vera

4.4 Il convient enfin de signaler que le présent ouvrage suppose du locuteur francophone une certaine connaissance de la grammaire islandaise, car le mot de l’entrée ne se trouve pas nécessairement à la forme standard (nominatif généralement singulier des substantifs, nominatif masculin singulier fort des adjectifs, infinitif des verbes) dans le contexte illustratif. Exemple : L’entrée “accabler” est illustrée entre autres par la phrase suivante : Cela me faisait mal de voir combien la pauvreté et le malheur accablaient un si grand homme. Sárt sveið mér að að sjá hve fátæktin og óhamingjan surfu að svo miklum manni. L’utilisateur devra reconnaitre dans la forme surfu l’indicatif prétérit 3e personne du pluriel du verbe sverfa.

5 Orthographe réformée du français

Nous utilisons en général l’orthographe réformée. Exemples : “paraitre” au lieu de “paraître”, “ognon” au lieu de “oignon”, “règlementer” au lieu de “réglementer”.